The Rockies, Part II

C'est avec un nouvel appareil photo en poche que nous arrivons à Yoho National Park. En raison d'une météo pluvieuse et de randonnées non praticables, nous avons décidé d'abandonner l'idée de passer par Glacier National Park et le mont Revelstoke. Nous disposons ainsi de tout notre temps pour profiter de ce nouveau spot.

Col Dolomite, Icefield Parkway, Banff National Park, AB, CA

Emerald Lake, Yoho National Park, BC, CA

 Arrivés à Emerald Lake, nos yeux n'arrivent plus à s'en détacher. Sa couleur verte émeraude et le reflet des montagnes et pins avoisinants nous rendent rêveur. Installés pour dîner sur le ponton, les passants ont raison, c'est nous qui avons la meilleure table. C'est si beau que nous voulons vérifier si la vue d'en haut est tout aussi envoûtante.

Emerald Lake, Yoho National Park, BC, CA

Nous empruntons le sentier escarpé d'Emerald Lake Triangle, longeant les falaises, avec en prime le reflet du soleil en guise de lumière. Le retour se fait sous escorte asiatique, iPads rivés sur tout ce qui bouge. Il est temps d'aller voir plus haut, plus loin, avec la Iceline Trail, randonnée de vingt-huit kilomètres à travers les glaciers, forêts et cascades de la vallée de Yoho. L'ascension au départ des Takakaw Falls et la vue sur les glaciers étant la partie la plus impressionnante, quant au reste, c'est un peu plus monotone.

Takakaw Falls, Yoho National Park, BC, CA

Épuisés d'avoir parcouru tant en une journée, la célébration de la fête nationale du Canada se fera sans nous... Mais tout de même, on s'offre une belle vue et un peu de vin au pied de Lake Louise. Véritable coin de paradis si on fait abstraction de l'immonde hôtel bordant le lac. Une fois de plus la foule nous fera prendre les sentiers grimpants pour aller admirer de plus près les glaciers du Plain of Six Glaciers Trail.

Moraine Lake, notre autre coup de cœur (on vous avait prévenu). Ici on peut facilement se trouver un petit coin privilégié loin de la foule. On y fera une rencontre improbable. C'est au bord du lac, les pieds dans l'eau, que l'on croisera notre américain sans nom, venu ici se relaxer quelques jours. Il vient nous interrompre, un peu jaloux de notre lieu de dîner si bien trouvé. Notre repas avalé voilà qu'il nous invite à partager avec lui un royal cheeseburger concocté à l'arrière de son pickup. So american ! On ne se fait bien entendu pas prier (surtout Romain). Notre américain sans nom, que l'on a rebaptisé Jeff, a bien raison : "Life is beautiful".
Malgré les courbatures qui se font ressentir, et peut être l'extra dîner d'hier, nous continuons les randonnées, cette fois, au dessus de Moraine Lake pour longer la vallée des Ten Peaks et atteindre Effeil Lake pour un moment de repos.

 Nous quittons la partie centrale des Rocheuses en empruntant la Icefield Parkway, mythique route à travers les glaciers. Elle débute au parc de Banff pour rejoindre celui de Jasper. Nombreux sont les stops et points d'intérêt sur 250km. Il nous faudra une bonne journée pour profiter des lacs aux couleur lait menthe et des gigantesques glaciers. Nous débutons la journée par une halte à Helen Lake niché en amont du col dolomite, pour une randonnée matinale.

Bow Lake, Icefield Parkway, Banff National Park, AB, CA

Peyto Lake, Icefield Parkway, Banff National Park, AB, CA

C'est proche des ours (mais toujours sans les voir) au pied du mont Edith Cavell que nous nous arrêtons avant Jasper. La randonnée que nous voulons emprunter est en alerte grizzlies, c'est à dire qu'elle requiert au minimum quatre personnes et être muni de sprays poivré. Courageux mais téméraire, cette fois-ci, on se contentera du début et de la vue sur le glacier Angel. Nous prenons le petit déjeuner en face de ce dernier en regardant le soleil apparaître venant doucement nous réchauffer.


Jasper, second point d'entrée des Rocheuses, moins pittoresque que Banff. Nous y passerons deux jours à explorer les alentours et profiter des nombreux lacs avoisinants. On débute notre découverte de la région par le Nord Est. Échauffement à Pocahontas, que l'on cherchera en vain pendant trente minutes, dans les sentiers de l'ancienne mine. Les fameuses Miette Hot Spring ne seront finalement que des piscines à la senteur chlorée, bien loin des sources naturelles et accessibles dont on se faisait une joie de venir s'y prélasser. Tant pis, ce sera pour une prochaine fois ! Ayant du temps devant nous on s'aventure sur la Sulfure Skyline. Après 1h15 de montée une vue panoramique à 360° s'offre à nous. On y voit depuis la vallée de Fiddle River jusqu'à Utopia Mountain en passant par Ashlar Ridge. Selon nous, un des plus beaux panoramas que l'on ait été amené à découvrir. Quel plaisir de grimper quand c'est pour un tel résultat.

Sulfur Skyline, Jasper National Park, AB, CA

Sur le chemin du retour on se met à chercher les dunes secrètes de Japser. Après quelques tours et détours, une rencontre avec un caribou, les dunes ne sont finalement qu'une langue de sable légèrement vallonnée. Pas de quoi casser trois pattes à un orignal, même si ce mélange lac, plus neige, plus montagne, plus sable est détonnant. Pour fêter la fin des Rocheuses, ce soir, c'est jour de fête. Barbecue au pied de Pyramid Lake un régal pour nos papilles plus habituées aux salades et graines depuis ces deux dernières semaines. Tout ça sous la chaleur du soleil. Mmmm encore ! Malheureusement la nuit sera gâchée par le gardien du parc nous faisant comprendre d'aller dormir ailleurs.
Pour notre dernière journée à Jasper, nous entreprenons la découverte de Maligne et Medicine Lake. Opal Trail, petite randonnée stressante, où nous pensons croiser des grizzlies à chaque virage. Tout ce tracas pour zéro point de vue mais une plaisante traversée des praires. Retour à Jasper pour un dîner accompagné d'une famille de caribous sur les bords de Annette Lake.

Dunes de Jasper, Jasper National Park, AB, CA

Mont Robson, sommet le plus élevé des Rocheuses, culminant à 3954 mètre d'altitude, sera le bouquet final de notre aventure alpine. C'est sur le sentier du Berg Lake Trail que nous passerons nos deux prochains jours, 46 km aller retour, 800 mètre de dénivelé positif. Après une charmante nuit sur le parking entre le centre d'accueil et la highway, il est temps de se chausser, d'équiper son sac à dos et de marcher. Le sentier est agréable, il mêle passages de rivières, forêts et cinq kilomètres de montée abrupte. La vallée que nous empruntons pour nous rendre au sommet porte le nom de Valley of Thousand Falls. Tant mieux car la fraîcheur de celles-ci ne sera pas de trop. Il fait 33°C et nous grimpons la falaise en plein cagnard, à l'heure du midi.

On finira l'ascension sous un orage, juste le temps de se mettre à l'abri au refuge, deux kilomètres avant notre campement de fortune avant la nuit. On monte la tente et profitons du retour du soleil pour marcher sans ce poids superflu et découvrir les environs. En face de nous, le glacier Berg se jetant dans le lac du même nom. On poussera le sadisme à faire encore quelques kilomètres jusqu'au glacier Robson. La douce chaleur du soleil, la lumière de fin de journée, le sentiment de s'être donner en vaut la peine. Quel beau spectacle. Au lit ! Demain même chose, sens opposée, plus rapidement, du moins le pensions nous... La nuit est courte et agitée, le mauvais équipement ne pardonne pas. Un duvet pour deux, deux tapis yoga, une tente Canadian Tire (merci Anne). Le froid ça pique et pourtant 2300 mètre nous séparent du sommet !

Levé donc aux aurores, on fait nos adieux à ce sublime paysage qui conclu de fort belle manière ces deux semaines dans les Rocheuses. Premier virage passé, deuxième également ,troisième... raté. Cheville gauche en moins. Hélène évidement. Il reste dix-huit kilomètres, une descente ardue et des ours assoiffées de sang rodant dans les parages. Nouvelle épreuve physique pour Romain, il lui faudra finir, un sac supplémentaire sur le dos. Une pose au camp des Rangers, de l'eau glacé et un strap plus tard, nous continuons la descente. Notre Ranger, prénommée Anne, une acadienne dans la quarantaine, nous escortera, allégeant ainsi un peu les épaules de Romain. Après avoir longuement discuté avec elle de parcs, nature, animaux (sept heures de randonnée c'est fou tout ce que l'on peut avoir à ce dire), on la voit partir en courant, spray à la main, une fois, puis deux... Elle essayait de repousser un ours sur l'aire de camping, qu'une fois de plus nous ne verrons pas... Nous entendons au loin des hélicoptères depuis hier, Anne nous apprend qu'un feu c'est déclaré dû aux violents orages de la veille. 35°C en moyenne, pas une région à laisser traîner un mégot. On arrive à la voiture tant bien que mal, après neuf heures de randonnée, un litre d'eau chacun, sans manger. Délivrance ! Les Rocheuses n'auront pas eu notre peau.

Berg Lake Trail, Mount Robson Provincial Park, BC, CA

Direction le sud de la Colombie Britannique, changement de climat, on sent déjà que l'on s'éloigne petit à petit des Rocheuses...