Southwest, une douce immersion vers le Mexique

Ville fantôme de 2 Guns, Arizona, USA

Après un périple dans les canyons, ses chemins escarpés, ses routes de gravier, il est temps de faire reprendre des forces à notre brave auto. Nous faisons halte dans la ville de Flagstaff, Arizona, pour une rapide remise en beauté de notre char rouge. Un petit changement d’huile et quelques nouveaux filtres s'imposent. N’y connaissant rien en mécanique, nous faisons aveuglement confiance à notre garagiste du jour. On lui dira amen à toutes ses réparations mais on mettra malgré tout le veto sur le changement d’ampoule sur la plaque arrière, question de fierté ! L’autre point important de notre arrêt dans cette ville étape est la nourriture. Depuis le début de notre traversée des États-Unis on ne parle que de l’endroit où l’on se décidera à se faire un vrai bon American Diner , ce lieu où l’on mange sur des banquettes vintages avec ses serveuses en tenu old school. Il ne nous reste plus que quelques semaines avant la frontière mexicaine et l'on se doit de mener à bien cette mission que l’on s’est nous-mêmes confiée.

Holbrook, Route 66, Arizona, USA

Quoi de mieux pour cela qu’un Diner sur la mythique Route 66 qui traverse Flagstaff. Certes il n’est pas au milieu de nulle part avec ces hordes de motards, mais le restaurant, datant des années 50, a gardé sa touche d’époque. On se commande les classiques de la carte : burger frites, poulet pané, farce de pain de maïs et, en petite gourmandise, une pinte de milkshake banane, beurre de cacahuète, chocolat, biscuit et crème glacée. On l’avait attendu avec faim et nous ne sommes pas déçus. On s’en délecte en à peine quelques dizaines de minutes. L’ambiance est telle que l’on se l'imaginait, même si les photos décoratives font un peu attrape-touriste et que la salle, un midi, en semaine, à quinze heures, n’est pas comble. Peu importe, on aura eu notre plein de gras, nous sommes aux anges !

Galaxy Diner, Route 66, Flagstaff, Arizona, USA

On reprend la route vers Petrified Forest, un autre parc national. On passera à travers quelques villes fantômes autrefois bordées par la Route 66, mais maintenant inhabitées. Après le Petrified Tree de Yellowstone et son arbre pathétiquement pétrifié, nous sommes un peu méfiants. En curieux que nous sommes, on lui offre une seconde chance. Grand bien nous fasse, la géologie et les paysages sont tout bonnement surprenants.

Arbre pétrifié, Petrified Forest National Park, Arizona, USA

Cela mérite explication. Au temps jadis, la région était traversée par un fleuve, sur ses rives y poussaient des arbres géants. Après leur mort, ils furent enfouis sous des dépôts sédimentaires riches en silice, ce qui favorisa leur conservation. La silice remplaça lentement la matière végétale et fossilisa les troncs. Progressivement, la région s'enfonça et fut ensevelie, mais au fil du temps l’érosion a permis la mise au jour des arbres aujourd’hui devenue des troncs fossilisés. Le résultat est superbe. On ne se doute pas que ce puisse être autrefois des arbres. Le parc et sa continuité, Painted Desert, nous offrent une multitude de points de vue sur la vallée et ses sculptures hors du commun.

On continue sur notre lancée culturelle en allant visiter le site archéologique de Chaco Culture au Nouveau-Mexique. En chemin on s’arrêtera dans la capitale de la réserve indienne, White Rock, pour aller y manger des mets locaux plus typiques qu’aux abords des parcs nationaux. Malheureusement cela ne se passera pas comme prévu. Le marché semble abandonné et tous les habitants sont au Mc Donald. Pas de succulentes tortillas frites ni d’autres plats que nous ne découvrirons jamais…
Pour en revenir à Chaco Culture, il représente le plus important site archéologique précolombien au nord du Mexique. Les habitants du canyon y ont extrait des blocs de grès et ont transporté du bois sur d’importantes distances afin d’aménager une dizaine de villages. Aujourd’hui la plupart sont en ruines, mais conservent une certaine magie dans leur fondation.

Pueblo Bonito, Chaco Culture National Park, Nouveau-Mexique, USA

Pour poursuivre notre route plus au Sud nous avons deux possibilités, la route classique, calme, sans réel intérêt ou la route de forêt, même temps, plus courte et avec de la nature. Intrépide que nous sommes on prend le choix deux. Peut-être pas la meilleur idée avec un GPS mis à jour dans les années 2000, pas de cellulaire ni de carte. Pour ajouter du piment, comme s’il en fallait, il fait nuit et nous sommes en pleine saison de la chasse à trois jours d’Halloween. Bien évidemment on se perd, il fait noir et le GPS nous fait faire n’importe quoi, ce bougre. Ses routes, voir chemins, n’existent même plus. On passe trois heures à traverser le bois, perdu dans ses dédales. Le summum sera peut-être lorsque l’on se rend compte que cela fait une heure que l’on tourne en rond… Il est presque vingt-deux heures. Hélène a déjà mangée ses doigts et Romain va devoir changer de caleçon pour la troisième fois. On se pseudo-guide avec une boussole brisée, la position des étoiles et de la lune et la mousse des arbres, brefs, n’importe quoi qui puisse un temps soit peu nous aider. On mettra bien en tout et pour tout quatre heures à rejoindre notre destination au lieu de l'heure initiale après avoir manqué de percuter huit lapins, quatre chevreuils, six renards et deux orignaux. Une fois sur la route on se trouve un coin à l’abri du bruit, on coupe le moteur et dodo, on mangera un autre jour.

Bandelier National Park, Nouveau-Mexique, USA

Bandelier, notre dernier parc historique et pas des moindre, est surement celui qui nous aura le plus surpris. Les natifs de l’époque vivaient dans des maisons troglodytes à plusieurs dizaines de mètres de la terre ferme. Leurs habitations sont très bien conservées et l’on s’amuse à passer de l’une à l’autre en s’imaginant ce que devait être leur quotidien de l’époque.

San Francisco de Asis, Taos, Nouveau-Mexique, USA

On reprend notre chemin pour la ville de Taos, Nouveau-Mexique, où Kristen, notre hôte CouchSurfing,  nous attend en compagnie de sa chienne mexicaine Flaca. On passera la soirée autour d’une bouteille de vin rouge et une tablette de chocolat, à parler de voyage au soleil et de nourriture. Sa connaissance du Mexique et ses recommandations nous donnent déjà l’eau à la bouche, surtout après avoir parlé d’un plat typique du sud du pays, le mole poblano. Il s’agit d’un plat de viande cuite dans une sauce à base de chili, bien évidemment, mais aussi de chocolat noir ! Il nous tarde de passer la frontière et de nous attaquer à toute cette culture. La visite de Taos se fera malheureusement sous la pluie et nous n’y consacrerons pas tout le temps que nous aurions voulu. La ville est charmante et possède un grand nombre de galeries d’art, de petits cafés et de produits locaux. Il y règne une atmosphère bohème qui n’est pas sans nous déplaire. La pluie aura raison de notre persévérance.

Maison sur Canyon Road, Santa Fe, Nouveau-Mexique, USA

On décolle pour Santa Fe, la capitale culturelle de l’état. Elle est marquée par l’histoire américano-mexicaine. Autrefois mexicain, le Nouveau-Mexique, tout comme le Texas et la Californie, est un des derniers à avoir ajouté son étoile au drapeau américain. Son architecture de style adobe et sa communauté artistique dynamique en font un incontournable de la région. Le temps n’étant toujours pas de la partie, on décide de prendre notre mal en patience, d’y passer la soirée et de voir le lendemain la ville au sommet de sa forme. Quelle bonne idée nous a pris.

On passe la soirée à déambuler dans la ville. On commence par le musée d’histoire du Nouveau-Mexique puis le musée d’art où l’on tombe sur un concert et un spectacle d’Halloween. On se laisse prendre au jeu et on se vêtit de leurs plus beaux habits des années 20. À coup sûr le premier prix sera pour nous ! On repart les poches pleines de sucreries, parce qu’Halloween c’est aussi ça. On continue plus loin notre découverte de la ville. On passe ensuite par le vernissage d’une galerie art déco, avec, bien entendu son lot de bonbons, petits gâteaux et mousseux. Malheureusement pour Hélène toujours pas salé en vue. On prolonge la soirée en allant dans un bar de cowboys. Concerts et bières sont au programme de la fin de soirée. On se demande en voyant les looks des cowboys lesquels sont déguisés et lesquels sont juste dans leurs habits de tous les jours.

Piments grillés, Marché de Santa Fe, Nouveau-Mexique, USA

On se réveil en pleine forme sous en grand soleil et un ciel bleu, enfin… On déambule dans le quartier de Canyon Road qui se compose pratiquement exclusivement de boutiques d’arts en tout genre : sculpture, peinture, poterie, tissage. On continue notre tour des marchés. Celui de Santa Fe n’est pas le plus grand, mais est étonnement varié et plein de saveurs. On sent que l’on se rapproche du Mexique. Les piments et poivrons y sont légion. Ça parle spanglish dans tous les sens. On résiste une dernière fois à la tentation tacos. On peut quasiment sentir la frontière mexicaine.

Pour rejoindre Albuquerque, la dernière ville de notre trio du Nouveau-Mexique, on prend la sinueuse route appelée Turquoise Trail en raison des nombreux gisements de pierre du même nom présents tout le long de la route. On traverse des petits villages exposant leur artisanat local tout en arpentant les montagnes. On s’arrêtera à la ville de Madrid et sa spécialisation pour tout ce qui attrait au jade et la récupération. On tombe sous le charme du petit bourg du bord de route. On se mêle à un groupe de locaux aux allures d’Hells Angels pour un concert de rock dans un bar.

Maison du village de Madrid, Turquoise Trail, Nouveau-Mexique, USA

On arrive à Albuquerque pour notre dernier CouchSurfing américain. Au départ cette ville est plus un simple stop en direction de la frontière, mais cela s’avèrera bien plus. Notre hôte, Kris, est un hébergeur en puissance. On s’aperçoit que l’on ne sera pas trois dans son deux-pièces, mais quatre et plus tard, dans la soirée un cinquième acolyte viendra se joindre à nous pour la nuit dans le salon. A autant ce n’est pas la meilleure manière d’apprendre à connaitre son hôte, mais au moins on ne s’ennuie pas.

Día De Los Muertos, Albuquerque, Nouveau-Mexique, USA

Pour notre première soirée, d’Halloween qui plus est, il nous convie à la pendaison de crémaillère d’un de ses amis. La fête est superbe, l’alcool et les déguisements coulent à flots, même si nous faisons un peu tache avec nos habits de tous les jours. On s’invente notre personnage de voyageurs interplanétaire français, et cela passe plutôt bien. On y discutera avec des gens de tous horizons, principalement des locaux et même une native avec qui on parlera culture, la sienne et la nôtre, mais aussi d’histoire et bien évidemment de nourriture. Le rendez-vous est pris pour le lendemain d’aller assister au défilé du Día De Los Muertos, une fête mexicaine célébrant les morts, mais avec beaucoup d’animations, de joie, de couleurs, de musique et de nourriture. Du plus jeune au plus ancien, ils sont tous déguisés, mais plus encore, maquillés en cadavres façon étrange Noël de Mr Jack. Une vraie bouffée de bonne humeur après la visite du centre-ville sans véritable intérêt…

On profite d’être ici, à Albuquerque, LA ville de la série Breaking Bad. On part faire nos fanatiques et visiter les lieux de tournage. Étant rendu aux derniers épisodes, on est tout excité en se rendant devant la maison des protagonistes. On poussera même à aller manger à Twisters le fast-food utilisé pour Pollos Hermanos. La photo est nettement plus savoureuse que les tacos servis à l’intérieur (même pas de poulet frit à la carte  ! )

Après le dernier CouchSurfing, place au dernier parc national américain : White Sands NP . Comme vous l’aurez compris, il s’agit d’un parc de dunes dans le sud du Nouveau-Mexique. Petite particularité du site, il est voisin d’une zone d’entrainement militaire de lancement de missiles en tout genre… La route est d’ailleurs partiellement fermée pour cause d’exercice. Lancement de missiles, tests sur OVNI, nous n’en saurons pas plus. On reste côté nature en faisant abstraction de tout cela et on s’essayera à une randonnée dans lesdites dunes. La der’ des ders’. 

White Sands National Park, Nouveau-Mexique, USA

White Sands National Park, Nouveau-Mexique, USA

Les États-Unis et l’Amérique du Nord touchent à leur fin, cinq mois après notre départ de Montréal. El Paso, Texas, ville voisine de la fameuse Ciudad Juárez, est notre dernier stop. Au programme, rien de palpitant. On peaufine notre itinéraire, on envoie des demandes Couchsurfing, on cherche des assurances voitures américaines, voire des assurances vie, au cas où, et on regarde la meilleure manière de passer la frontière sans perdre un bras, un œil, une roue où que sais-je encore…

On est tout prêt, mis à part que, finalement, on ne prendra l’assurance mexicaine qu’au Mexique, car aux États-Unis tout est plus cher, tant pis pour la première journée de route de l’autre côté de la frontière. Quant au meilleur endroit où passer la douane, après avoir longuement pesé le pour et le contre, on se dit que Ciudad Juárez ne peut pas être si violent et meurtrier que cela. Nous sommes presque prêts, le plus dur est de se lancer, de dire adieu à ces trois mois de parcs absolument sensationnels et variés. Nous n’avons qu’une hâte c’est de retourner les découvrir, mais cette fois-ci, sous un léger manteau neigeux. Mais maintenant place au soleil, à la chaleur des gens et de sa nourriture cliente. C’est un autre voyage qui s’amorce, et cela à tous les niveaux. Adieu l’anglais approximatif et bonjour l’espagnol bancal.

Hasta Luego !