Wyoming, terre de couleurs

En quittant Seattle nous nous sommes retrouvés face à un dilemme. Instant de grande réflexion quant au choix de la route à prendre. Quitter l’état de Washington par l’est ou par le sud, cornelien vous avait-on dit ! L’option initiale était de longer la côte en direction de Portland, en Oregon, et rejoindre ainsi la Californie. L’option alternative, traverser une partie des États-Unis ravagée par les feux de forêt pour aller découvrir un joyau niché au cœur du Wyoming, le Yellowstone. Après un intense, mais néanmoins bref, moment de réflexion, une session engagée de Pour et Contre, l’option numéro deux nous semble plus correspondre à ceux que nous sommes venues chercher, l’aventure. Tant pis s’il y a un détour de 2500 kilomètres, on ne peut tout de même pas louper l’exploration du plus ancien parc National des États-Unis, le Yellowstone ainsi que son voisin non moins réputé, au drôle de nom, Grand Teton.
Ces deux parcs séparés par seulement treize kilomètres de route n’auront eu de cesse de nous surprendre, nous émerveiller pendant nos cinq jours d’immersion sur les terres du Wyoming.

On the road, WA, USA

Alors nous voilà partis pour quinze heures de voiture traversant l’état de Washington, de l’Idaho, du Montana pour atteindre le Wyoming, ses grandes plaines et ses territoires montagneux. Ces états du Nord-Ouest américain sont arides et les ranchs y font légions, le bison y est à l’honneur. Ce sera l’occasion d’une halte au National Bison Range niché au nord de l’Idaho. Ce parc propose une route scénique traversant les plaines afin d’observer bisons, ours, antilopes, coyotes, aigles dans un milieu naturel et protégé. Ce qui nous fera beaucoup sourire puisqu’à la sortie du parc il est possible de repartir avec son bout de viande au choix en Jerki (séché) ou frais pour un bon steak. Une fois de plus, c’est au moment où l’on s’y attend le moins que l’on croisera deux ours, cette fois-ci sur la piste rocailleuse en train de grignoter des baies. Par manque de réflexe et de concentration, au lieu d’avoir de belles photos, c’est deux ours sur le pare-brise que l’on a failli se récupérer. Comment rater un éléphant dans un couloir diront certains… Cette escale aura été une mise-en-bouche avant le Yellowstone, terre de bisons.

Bunsen Peak Trail, Yellowstone National Park, WY, USA

LE YELLOWSTONE

Pour résumer ce parc, on pourrait parler de spectacle lunaire ou encore de folies géologiques. Pour être honnête, on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre et encore moins ce qu’on allait y voir. C’est début septembre que nous y avons passé trois jours en immersion complète, perdu entre nature et vie sauvage, avec quelque dizaines de centaines de cars de touristes du monde entier il faut le préciser. Un moment unique, un peu fou, on vous le dit, le Yellowstone est une expérience en soit. Coincé au nord-ouest du Wyoming, débordant un peu en Idaho et au Montana, ce fut le premier parc national américain et mondial établi en 1872, il reste à ce jour toujours l’un des plus visités. Pas beaucoup de randonnées, ici on vient pour découvrir et explorer la magie des geysers, sources chaudes, volcans de boues, fumerolles et on en passe. C’est cette activité géothermique qui en fait sa renommée mondiale. Voici donc un condensé de ce que l’on a découvert dans cet immense parc.

Mammoth Hot Springs

Notre exploration débute au nord du parc par les terrasses de Mammoth Hot Springs. Il s’agit de sources thermales calcaires formées en terrasses par les dépôts et jaillissements de celles-ci (un peu de culture ça ne fait pas de mal de temps en temps). C’est très beau, mais il s’en dégage une odeur forte de soufre pas toujours agréable qui ressemble à s’y méprendre à un parfum d’œuf pourri. En revanche les couleurs sont superbes, d’un blanc presque immaculé. Des micro-organismes viennent s’ajouter formant de longs filaments en forme de flocons de neige.
Nous sommes à 2470 mètres d’altitude, entre prairies arides et montagnes, un paysage surprenant s’offre à nous. Malgré le fort vent, nous décidons d’aller découvrir le parc de plus haut en empruntant le sentier de Bunsen Peak Trail pour une vue à 360° sur le parc.

Les Geysers

Suite de notre découverte plus au sud à Norris Geyser Basin. C’est la zone du parc où les manifestations géothermales sont les plus fortes. Quatre kilomètres de sentiers y sont aménagés sur des pontons de bois où nous observons des sources chaudes de toutes les couleurs. Tous nos sens sont alertes, éblouis par les arcs-en-ciel de couleurs, les vapeurs sifflantes et les odeurs piquantes.

Plus loin, nous nous promenons à Artists Paints Pots avec ses sources colorées allant du vert au jaune en passant par le violet, puis ses volcans de boues.

Artists Paints Pots , Yellowstone National Park, WY, USA

Nous arrivons dans le Geyser Country, là, nous dévions sur la Firehole Canyon Drive, route étroite qui nous fera longer un canyon, la halte baignade/décrassage n’est pas de refus.

La fin de journée approche et nous faisons halte à Midway Geyser Basin avec le réputé Grand Prismatic Spring aux couleurs de l’arc-en-ciel et Excelsior Geyser un cratère géant crachant une vapeur jusqu’à plus de huit mètres de haut, son eau turquoise fait rêver. Dans cette ambiance on se croirait dans un décor de conte entouré de marmite bouillonnante, il n’y manque plus que la sorcière.

Old Faithfull, le vieux fidèle

Le plus célèbre et le plus attractif des geysers n’est pas le plus impressionnant, mais il est pour sûr le plus régulier. Toutes les quatre-vingts dix minutes il expulse un jet d’eau enveloppé d’épais nuages de vapeur et d’écume pouvant atteindre une hauteur de 35 à 52 mètres. Il est situé au sud du parc dans un bassin, l’Upper Geyser Basin qui compte à lui seul 180 des 250 geysers du parc et de nombreuses sources chaudes. Par chance ce même jour nous avons pu observer deux autres geysers plus rares, car plus imprévisibles comme le Beehive Geyser explosant à plus de 45 mètres pendant plus de 5 minutes. Notre dose de geyser absorbée, nous partons à la rencontre des autres merveilles qu’offre le parc.

Old Faithful, Upper Geyser Basin, Yellowstone National Park, WY, USA

Lac du Yellowstone

À l’entrée sud du parc à West Thumb s’étend le gigantesque lac du Yellowstone à 2300 mètres d’altitude. C’est l’un des plus grands lacs de montagne du monde (360 km²). Gelé plus de la moitié de l’année avec des épaisseurs de glace allant jusqu’à 60 cm, il est pourtant bordé par de nombreuses sources d’eau chaude, certaines à ébullition au bord ou encore dans le lac, ou d’autres produisant de l’argile ressemblant à un pot de bouillie projeté de 6 à 9 mètres. Nous empruntons la route panoramique de Gull Point Vue et longeons le lac jusqu’à Elephant Back Mountain Trail qui nous emmènera au sommet pour une belle vue sur le lac, le parc et les montagnes.

Hayden Valley

C’est sous une fine pluie que nous traversons la Hayden Valley, paradis sauvage pour observer la faune. Ici pas de geysers, mais un défilé de bisons, aigles et antilopes. On aura vu des bisons en veux-tu en voilà, seuls au bord de la route, parfois même en plein milieu d’un sentier de randonnée, et bien évidemment en troupeau. C’est aussi un lieu incroyable pour les passionnés d’ornithologies et de pêche à la mouche.

Hayden Valley, Yellowstone National Park, WY, USA

Canyon Country

S’il y a bien quelque chose que l'on ne s’attendait pas à trouver au Yellowstone c’est bien un canyon, un immense canyon. Situé au nord-est à l’extrême opposé des nombreuses autres curiosités du parc, on est ici au calme loin de la foule, dans un lieu magique. On se promène au bord de ce dernier en empruntant la South et North Rim, routes panoramiques avec leurs vues époustouflantes sur tout le canyon et la cascade. La lumière de fin de journée reflète sur la pierre jaune ce qui le rend plus mystérieux encore. On poursuivra la découverte le lendemain matin, aux aurores, en descendant l’escalier vertigineux de l’Uncle Tom Trail nous plongeant dans le canyon jusqu’à la cascade.

Lamar Valley

Cette partie du parc est beaucoup moins achalandée que les autres, et pourtant, elle cache de belles surprises. Tout d’abord pour sa route au cœur d’un paysage sauvage, puis pour le Mont Washburn. C’est accompagné d'une bourrasque de vent que nous grimpons à son sommet, à couper le souffle. Dans la tour d’observation nous admirons la vue panoramique sur l’entièreté du parc, le canyon du Yellowstone, son lac, mais aussi, au loin, le parc du Grand Teton. Quelques derniers stops dans Lamar Valley avant de revenir à notre point de départ, pour ceux qui suivent, Mammoth Hot Springs. Très bref arrêt à Petrified Tree qui nous a pétrifié de sa banalité...

Nous bouclons la boucle aux sources d’eau chaude de Mammoth. On parle ici de véritables et naturelles sources d’eau chaude et sans inconnus tout nu cette fois (À la rencontre de la péninsule olympique). C’est à Boiling River que nous profitons d’un moment d’extase dans une rivière devenue chaude grâce aux sources bouillonnantes venant s’y jeter. Petit bonus, quelques wapitis traversant la rivière juste au bord des bassins bâtis de pierre en amont du coucher de soleil.

Il fait nuit, nous quittons le parc du Yellowstone pour rejoindre le Grand Teton National Park à quelques kilomètres. Nous traversons forêts et routes escarpées avec pour seule lumière les éclairs rugissants d’un blanc parfait.

 

LE GRAND TETON

Nouveau parc, nouveau décor. Nous avons délaissé geysers, sources chaudes, volcans de boues. Ah, et par la même occasion, notre jerricane d’eau rempli, bien sûr, sur un banc à l’entrée la plus au nord du Yellowstone (soit 2h30 de route) pour admirer ici les montagnes aux pics enneigés au beau milieu des prairies du Grand Teton National Park.

Grand Teton National Park, WY, USA

Le parc n’est pas très étendu, mais il a de quoi occuper les amoureux de la randonnée et de la photographie. Nous avons passé deux jours à grimper et explorer les montagnes et, à chaque randonnée le même sentiment d’étonnement. La route qui traverse le parc de haut en bas est à elle seule une attraction.
Curieux et impatient de s’engouffrer au cœur de ces montagnes nous débutons à Cascade Canyon qui nous fait longer la rivière coincée entre deux montagnes. La randonnée nous fait passer par des chutes et des points de vue sur le lac Jenny et les prairies aux alentours.

L’orage gronde de nouveau ce qui provoquera une coupure d’électricité générale dans l’ensemble du parc. On est chanceux d’être en voiture, car les campings se retrouvent inondés et les vents violents auront réussis à causer quelques dégâts.
Petite éclaircie, nous décidons malgré les risques de pluies annoncés la veille (aucune météo à jour dû à la coupure) de nous lancer sur le sentier de Lupine Meadows afin de nous rendre à un lac en altitude, Amphitheater Lake. Heureusement, petits malins que nous sommes, nous avons pensé à glisser dans nos sacs à dos notre combinaison complète du parfait breton, l’élégance en moins, coupe-vent, imperméable, pantalon de pluie et du courage. Dix miles sous la pluie, vent, froid de montagne, un délice. Malgré cet inconfort relatif, la randonnée est superbe, une vue imprenable (lorsque la brume disparaît) et un lac en forme d’amphithéâtre ouvert sur les collines. Il faudra attendre notre descente pour voir réapparaître le soleil et les randonneurs débutant la montée en short, T-shirts ne comprenant pas bien notre accoutrement.

Jenny Lake après l'orage, Grand Teton National Park, WY, US

Ainsi c’est terminé de notre aventure au cœur du Wyoming, une dernière soirée pleine de surprise nous (vous) attend et direction la côte ouest, son soleil, ses plages, son vin et ses séquoias.