La ruée vers l’Ouest

Le temps pour nos yeux de se réaclimater à un paysage plus « conventionnel » dirons-nous et c'est parti pour la conquête de l‘ouest ! Quoi de mieux pour débuter cela qu’un bon vieux rodéo des familles. Nous voilà à Jackson, un subtile mélange d’attrape-touriste avec ses saloons d’époque, ses reconstitutions historiques de duels et ses charrettes, mais aussi ses locaux avec ses fameux cowboys aux grands chapeaux, pantalons à franges et bottes pointues en cuir.

Nous nous rendons donc le samedi soir dans l’arène où les habitués saluent les artistes et les touristes mitraillent à tout va sous le coucher du soleil. On les différencie grâce aux couvertures que les habituées ont tous, car à la tombée de la nuit, le froid d’altitude ne pardonne pas… Les numéros s’enchainent nous réchauffant suffisamment pour prolonger l’expérience Far West. Rodéos, courses au lasso, vachettes, lâché de moutons pour les enfants et salade géante, le tout sous la vigilance de trois cowboys tout de noir vêtus sur leurs chevaux, les Black Bad Boy comme on les appelle, tout y passe. On ira se réchauffer autour d’une bonne bière, d’un gros burger et d’onions rings réclamés par Hélène depuis maintenant plusieurs semaines. N’ayant pas pu entrer dans le saloon, la carte d’identité est « obligatoire » quel que soit son âge, enfin à part dans les endroits où cela ne l’est pas, on partage donc ce moment dans un bar de locaux tout en musique. Moins typique, mais plus chaleureux.

L'arène de rodéo à Jackson, WY, USA

En chemin vers l’Oregon nous nous arrêtons à Craters of the Moon NP. Le parc a des airs de désolation, de fin du monde. On dirait qu’un gigantesque volcan serait sorti de son sommeil recouvrant ainsi toute la plaine d’un épais manteau noir. En réalité ce plateau est dû à des remontées souterraines à travers des fissures. Les dépôts de basaltes ont tout fait bruler sur leur passage, les arbres calcinés en sont les derniers témoins. Ce n’est pas pour rien qu’Apollo 14 est venu s’entrainer ici pour préparer sa mission. Des grottes y ont été formées par le refroidissement de coulées de lave. On peut y jouer les explorateurs. On entre d’un côté du tunnel, à l’aide d’une lampe pour les plus peureux sinon la simple lumière du soleil devrait suffire, et on y ressort à l'autre bout.

Crater of the Moon, ID USA

Fini ce paysage d’apocalypse, de plantes et d’arbres morts, de volcans éteints. On reprend la route vers l’ouest. Pour cela on emprunte une route scénique menant de Ketchum à Stanley pour rejoindre Boise. La route vaut vraiment le coup d’œil. Elle serpente montagne, canyon et traverse de nombreux villages de cowboys, beaucoup moins touristiques que Jackson.
C’est en se réveillant le lendemain matin, les mains gelées et la buée givrée sur la voiture que l'on se rend compte de l’ascension effectuée la veille. La partie après Boise est beaucoup moins intéressante, si ce n’est ce patelin d’Amérique profonde où un groupe de voyageurs en gros 4x4 aux roues gigantesques vient nous aborder, intrigué par le travail d’orfèvre qu’est la confection de l’intérieur de notre voiture, petit clin d’œil à Steve au passage.

Route scénique 75 entre Ketchum et Stanley, ID, USA 

Notre hôte Couchsurfing, Léo, nous attend à Bend. Notre moment civilisation, cuisine, douche est arrivé et tombe à point nommé, notre premier toit après celui de Vancouver, soit près de 40 jours… Notre hôte est un ancien photographe de mode reconverti en physicien en laboratoire, grand amateur de cuisine et en apprentissage de la kiné. Que demander de plus ! Côté photo, après avoir chacun exposé son travail, échangé sur les techniques et donné des conseils, enfin surtout lui, on conclu cela par un shooting photo, chacun son tour. Un défi est donné par le chef : faire un portrait par jour pour améliorer nos lacunes et augmenter nos contacts humains. Pour ce qui concerne la cuisine, c’est parfait. Il nous reçoit avec une salade fraicheur, pizza napolitaine maison et panacotta lavande et cardamome, le tout arrosé de bière et vin. (On espère que les prochains hôtes prennent des notes…) le lendemain on inverse les rôles. Gaspacho de melon et roquette, un bon gros morceau de viande rouge qui nous faisait envie depuis longtemps au barbecue, haricots verts et sauce crémeuse aux champignons, et pour le dessert cake à la banane avec noix de pécans et noix de cajou, ce dernier dégusté bien enfoncé dans le canapé face au feu de cheminé allumé pour l’occasion. Bien évidemment le tout arrosé de vin, mais cela va sans dire. Les adieux du matin se font avec un yaourt, maison s’il vous plait, miel d’apiculteur local, muesli et fruits du jardin. Comment vous dire, après tout cela, on n’avait pas vraiment envie de partir. Même si nous n’avions prévu que de n’y passer une nuit, la rencontre, le personnage, le lieu feront que l’on doublera le plaisir avec non pas une, mais deux nuitées.

C'est sous ses conseils avisés que l’on part explorer Three Sisters à quelques kilomètres de Bend. La ville est entourée de montagnes et joui d’un climat particulièrement agréable presque toute l’année, idéale pour les randonnées dont nous raffolons. On part marcher sur le Hidden Lake Trail, que l’on ne trouvera d’ailleurs jamais... Mais peu importe, on s’est fait notre propre randonnée hors des sentiers battus. La vue en vaut la chandelle, même si la fin ressemble plus à de l’escalade en montée et de la luge en descente.

Hidden Lake Trail, Deschutes National Forest, OR, USA

Ces adieux déchirants terminés, on se rend à Crater Lake. Absolument rien à voir avec Crater of The Moon. On est tout d’abord accueilli par une épaisse fumée blanche. Tout brule dans le coin, depuis Yellowstone jusqu’en Californie où cela s’amplifie. N’écoutant que notre courage et sous la pression de nos exigeants, mais néanmoins fidèles lecteurs, on brave ce feu de pacotille et nous rendons au bord du fameux cratère. L’eau est d’une pureté incroyable.

Garfield Peak, Crater Lake National Park, OR, USA

C’est le lacs les plus profond des Etats-Unis avec 597m de fond. Aucune rivière ne vient y couler, seules la pluie et la fonte des neiges l’alimentent. Avec son ile au milieu, le paysage est on ne peut plus photogénique. On y fera quelques randonnées pour y découvrir le cratère sous toutes les coutures, nous rendant même au bord de l’eau après une descente à pic.

C’est bien joli tout cela, mais nous on veut de la cote, du soleil, de la Californie love baby ! On redescend donc vers le sud-ouest de l’Oregon. On s’arrêtera visiter des grottes, ou plutôt juste le sentier de 40 km grimpant la montagne à 10 km/h pour se rendre compte que tout est fermé. On se contentera d’une balade en forêt sous la lumière de fin de journée.